dimanche 16 juillet 2017

L'île des oubliés

Résumé :

Saga familiale bouleversante et vibrant plaidoyer contre l'exclusion, ce roman d'évasion plein d'émotion et de suspense nous emporte sur une île au large de la Crète, Spinalonga, l'île des lépreux.
Alexis, une jeune Anglaise, ignore tout de l'histoire de sa famille. Pour en savoir plus, elle part visiter le village natal de sa mère en Crète. Elle y fait une terrible découverte : juste en face du village se dresse Spinalonga, la colonie ou l'on envoyait les lépreux... et ou son arrière-grand-mère aurait péri.
Quels mystères effrayants recèle cette île des oubliés ? Pourquoi la mère d'Alexis a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la bouleversante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets...

Mon avis : 

L'île des oubliés est dans ma PAL depuis une éternité et je remercie Julie27 (sur livraddict) pour avoir organisé cette lecture commune qui m'a poussé a lire ce magnifique roman. J'ai eu un vrai coup de cœur pour ce livre et j'ai dévoré ces 500 pages le temps d'un week-end. 

Alexis, une jeune femme anglaise part en Crète à la découverte de l'histoire familiale. En plus de ses ancêtres, cette dernière va aussi découvrir l'île de Spinalonga : où l'on envoyait les lépreux. Ce roman n'est pas juste une saga familiale mais revisite et rend hommage a toute l'histoire Crétoise. On y découvre les us et coutumes d'autrefois, le style de vie, la cuisine et la chaleur humaine. On a qu'une seule envie, c'est de prendre un billet d'avion et de partir nous aussi a la découverte de cette région du monde.

L'écriture de Victoria Hislop est toujours aussi agréable et fluide. Je l'avais déjà  découverte avec le roman Une dernière danse que j'avais également aimé mais je dois dire qu'avec L'île des oubliés, elle a mis la barre très haute. J'ai d'autres de ses romans dans ma PAL que je ne devrais pas tarder à lire.

Lu dans le cadre de :
- Lecture commune
- challenge de l'été

samedi 15 juillet 2017

Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 1

Résumé :

Jacob est un ado comme les autres, excepté qu'il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d'enfants qu'il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu'il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s'accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu'à suivre les dernières instructions qu'a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle...

Mon avis : 

Je repoussais cette lecture de peur de ne pas accrocher à l'univers bien particulier qui s'en dégage et au final, je l'ai dévoré en deux jours à peine. Jacob est un adolescent, un peu paumé, qui a un grand-père assez farfelu. Celui-ci a passé son temps a lui raconter des histoires digne des contes de fée. Maintenant que Jacob est grand, il pense sérieusement que son grand-père est atteint de démence. Jusqu'au jour ou le grand-père meurt en lui révélant une sorte d’énigme. Jacob part donc à la recherche du passé de son celui-ci et ce qu'il va découvrir dépasse tout simplement l'imagination.

Le récit est terriblement prenant et une fois commencé, il est tout bonnement impossible de lâcher le roman. On veut connaître le fin mot de l'histoire que l'on a pas vraiment puisqu'il s'agit d'une saga qui se prolonge avec une tome 2 et 3. J'ai d'habitude un peu de mal avec les romans fantastiques mais ici, j'ai vraiment beaucoup aimé l'univers et surtout cette Miss Peregrine est vraiment aussi attachante d'énigmatique. Jacob est en quelque sorte un antihéros, un ado mal dans sa peau qui se révèle au fur et a mesure des pages et Emma et lui forment un excellent duo.
Ce roman est vraiment une très bonne découverte que je regrette de ne pas avoir faite plus tôt.

J'en ai profité cet après-midi pour regarder son adaptation sur grand écran et quelle déception. J'ai trouvé qu'au début trop de détails était coupé : mon mari n'ayant pas lu le livre avait parfois du mal a saisir certaines scènes. J'aurai aimé que le film suive d'avantage la trame du roman. Malgré tout les acteurs sont plutot bons notamment les enfants. Dommage qu'on ne voit pas plus Eva Green.

Bref, je vous conseille le roman mais passez votre chemin en ce qui concerne le film, à moins d’être un grand fan de Tim Burton.....

Lu dans le cadre du :
- Challenge de l'été

vendredi 14 juillet 2017

La grand-mère de Jade

Résumé :

"J'ai beaucoup lu, depuis très longtemps. Je suis une lectrice assidue, une amoureuse des livres. On pourrait le dire ainsi. Les livres furent mes amants et avec eux j'ai trompé ton grand-père qui n'en n'a jamais rien su pendant toute notre vie commune. Jade eut l'impression que Mamoune lui assénait cette révélation comme si elle avait fait le trottoir, transformant la lecture en une activité inavouable."

Mon avis : 

Frédérique Deghelt est une auteure que j'aime beaucoup mais pour je ne sais quelle raison La grand-mère de Jade est restée dans ma PAL pendant une éternité. Je remercie donc Bookwormette pour l'organisation d'une lecture commune qui m'a poussé a le lire d'autant que ce roman est un vrai coup de cœur.

On y fait la rencontre de Jade, une jeune trentenaire parisienne dont la grand-mère ne peut plus vivre seule. Elle va donc devoir finir ses jours en maison de retraite. Mais la petite fille s'oppose a cette décision et part chercher sa grand-mère pour l'installer dans son appartement. C'est le départ d'une cohabitation qui va les rapprocher. Elles vont se découvrir en tant que personne et non en temps que grand-mère ou petite fille. Mamoune comme l'appelle affectueusement Jade, est une grande lectrice et va aider Jade a faire publier son premier roman. 

Le roman se dévore et cette fin, quelle fin! Je m'attendais a tout sauf à ça. C'est un remarquable retournement de situation comme je les aime. L'écriture de l'auteure est magnifique et nos deux héroïnes tellement attachantes que l'on est forcement triste de leur dire au revoir.

Lu dans le cadre de :
- lecture commune
- challenge de l'été

mardi 11 juillet 2017

La petite roque

Résumé :

Un crime a été commis : dans un bois, près de l'étang où elle se baignait, une fillette est retrouvée violée et étranglée. Qui a pu commettre un tel acte? Les recherches piétinent. Jusqu'à ce que la conscience du meurtrier vienne le tourmenter sans relâche. Sur une trame de fait divers, Maupassant tisse une analyse sociale et psychologique aussi fine qu'implacable : chacun porte en lui des désirs refoulés et des pulsions qui pourraient conduire à une issue fatale. En pénétrant dans sa tête, il nous montre le coupable non comme un monstre mais – plus inquiétant encore – comme un homme.

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver Maupassant avec cette nouvelle. Si les premières pages m'ont déconcerté : une affaire de meurtre au final, très vite on retrouve le style et la plume de l'auteur.

Médéric, le facteur découvre le cadavre d'une adolescente nue. Il n'y a pas de doute, cette dernière a été violée et étranglée. Dans le village c'est la consternation, qui a bien pu faire une telle horreur. Mais l'assassin, a rapidement des remords et l'on découvre très vite son identité. De mon coté, des les premières pages, j'avais deviné le meurtrier, chose extrêmement rare car je suis normalement mauvaise enquêtrice. On assiste donc aux états d'âme et aux pensées de celui qui a commis le crime :
"Bien qu'il respectât l’Église, par politique, il ne croyait ni à Dieu, ni au diable, n'attendant par conséquent, dans une autre vie, ni châtiment, ni récompense de ses actes en celle-ci. Il gardait pour toute croyance une vague philosophie faite de toutes les idées des encyclopédies du siècle dernier; et il considérait la religion comme une sanction morale de la loi, l'une et l'autre ayant été inventées par les hommes pour régler les rapports sociaux."

C'est une nouvelle qui se dévore et jusqu'à la fin, le suspense est prenant. La chute est vraiment reussite et inattendue comme je les aime. Bref, je suis une nouvelle fois conquise mais comment ne pas l’être ?

Lu dans le cadre des challenges :
- de l'été
- So classic

vendredi 7 juillet 2017

Les Gouttes de Dieu, tome 01

Résumé :

Lorsque le prestigieux œnologue Yutaka Kanzaki décède, son testament est clair : son extraordinaire cave reviendra à celui de ses deux fils qui résoudra 12 énigmes concernant 12 vins. Il découvrira alors un 13e et mystérieux vin, inconnu de tous, surnommé « Les Gouttes de Dieu ». Une chasse au trésor sous forme d’enquête policière va confronter les deux frères aux caractères et parcours opposés… Mystères et investigations se succèdent autour des crus les plus prestigieux, pour les deux frères ennemis qui se livrent à une véritable course-poursuite. Au travers de cette affrontement, le scénario conduit le lecteur dans une découverte de l’univers du vin, son langage, ses particularités, ses traditions.

Mon avis : 

J'avais vu, il y a quelque temps, le premier épisode de la série télé qui avait été adapté de ce manga et j'étais curieuse  de le découvrir.

Yutaka Kanzaki est un grand spécialiste du vin et possède une très belle cave. A sa mort, son testament stipule que son héritier devra résoudre 12 énigmes concernant 12 vins. Son fils, qui n'a jamais bu de vin va devoir affronter son adverse. Heureusement, il peut compter sur des personnages secondaire qui vont lui prêter main forte.

Si l'intrigue est intéressante, je dois dire que les descriptions et explications sur le vin sont se qui m'ont le plus passionné. Le dossier de quelques pages en fin de manga apporte d'autres informations. En tant que français, certains d'entre nous ont déjà quelques connaissances mais j'imagine qu'a sa sortie au Japon, ce manga a du être très instructif.
Bref, a lire avec un bon verre de vin.

Lu dans le cadre du :
- Challenge de l'été

Yin et le dragon, tome 1 : Créatures célestes

Résumé : 

Shanghai 1937. L'armée impériale japonaise a fait main basse sur une large partie de la côte chinoise. En ces temps de tristesse, la menace de l'antique prophétie plane, celle de l'invincible dragon noir Gongong qui doit venir anéantir les hommes quand le désespoir et la haine régneront. Yin, petite fille d'une dizaine d'année est élevée par son grand-père pêcheur, Liu. Un soir, alors que Liu sort en mer, Yin se faufile sur le bateau. Soudain une bête puissante se débat dans ses filets : un dragon d'or, blessé, que Yin convint son grand-père de cacher et de soigner… Une décision qui les emmènera bien plus loin qu'ils ne le pensaient.

Mon avis : 

Créatures célestes est le premier tome de la saga Yin et le dragon. Grâce à elle, on voyage dans la Chine des années 30. Liu, est un vieux pêcheur qui élève seul sa petite fille, Yin. Un soir, il découvre dans ses filets un énorme dragon qui est blessé. Yin le convainc de le ramener chez eux pour le soigner.
"- Ne t'inquiète pas, grand-père, quand il ira mieux, il nous aidera. Les dragons sont des êtres magiques, tu sais, je suis sûre qu'il pourra nous récompenser.
- Les dragons sont des êtres malfaisants. Celui-là ne nous attirera que des ennuis !
"

C'est un premier tome prometteur. Les dessins sont magnifiques et l'intrigue s'inspire des anciens mythes chinois.
"- Les légendes font vivre les rêves, mais elles ne nourrissent pas les pauvres gens comme nous...
- Fais-moi confiance grand-père... j'ai une idée...
- Bah... Tu es exactement comme ton père !
"
On découvre aussi un pan de l'histoire avec l'armée impériale japonaise qui occupe la région.

Bref, c'est une bonne lecture et il me tarde de découvrir la suite.

Lu dans le cadre du :
- Challenge de l'été


Les jeunes mariés

Résumé : 

Depuis qu’elle est toute petite, Amina rêve d’ailleurs. De chocolat Cadbury et de pantalons à l’occidentale. D’hivers rigoureux et de discussions en anglais. De quitter le Bangladesh pour offrir un nouvel avenir à ses parents vieillissants. Quand, sur AsianEuro.com, elle fait la connaissance de George, un ingénieur américain de trente-cinq ans, elle accepte sans hésiter sa demande en mariage… Mais si la famille de George essaie tant bien que mal de l’accueillir, Amina perçoit dans l’atmosphère hypocrite des déjeuners dominicaux tous leurs préjugés. Sur sa religion, dans un contexte post-11 septembre encore brûlant. Sur le besoin qu’elle a de faire venir ses parents au plus vite, une fois obtenu son passeport américain. Quand s’ajoutent au fossé culturel les non-dits d’une relation apparemment sans histoires, les États-Unis cessent définitivement de ressembler à une terre promise pour Amina. 

Mon avis : 

Première rencontre avec Nell Freudenberger et je dois dire que je suis conquise. J'ai passé un très bon moment avec Les jeunes mariés où l'on fait la rencontre d'Amina. Celle-ci vient de rencontrer son futur époux sur un site internet. Elle est originaire du Bangladesh, lui est américain. Elle va ensuite quitter son pays et nous faire part de ses aventures, ses peurs, les différences de cultures....

C'est un roman vraiment prenant et je dois dire que je me suis attachée à notre héroïne. Vivre loin de son pays et de sa famille est dur et je l'ai trouvé très courageuse. Elle nous parle aussi de son pays d'origine : le Bangladesh et le dépaysement est total.
"Au bout de deux heures, ils arrivèrent au fleuve. Elle descendit du bus avec les autres passagers et grimpa sur le pont supérieur du ferry par une échelle de bord rouillée pour prendre un peu l'air. Elle se dit que George aurait aimé photographier les fines nasses en bambou qui dépassaient du fleuve comme de gigantesques arcs tendus et les pêcheurs qui vérifiaient leur filets accroupis sur leur radeaux, indifférents au ferry bondé. Elle n'avait pas cessé de répéter à son mari que le Bangladesh était magnifique une fois que l'on sortait des villes, mais durant les neuf jours qu'il avait passé dans son pays, ils n'avaient pas été plus loin que le Mémorial des martyrs de la nation à Savar. A présent, elle se demandait s'il serait de son avis. Malgré la brume dense, on distinguait la végétation sur la rive opposée ; des bouquets de jacinthes d'eau flottaient comme de minuscules iles devant le ferry. Si l'on se tenait au bastingage en dirigeant le regard droit devant, on apercevait un paysage où il n'y avait pas un être humain : juste un grand cormoran noir planant au ras de l'eau, dont seule l'ombre floue aux contours improbables révélait la présence du soleil caché."

L’écriture de Nell Freudenberger est fluide et l'on tourne les pages a vitesse grand v. Je suis curieuse d'en découvrir plus sur l'auteure et lire d'autres de ses romans.

Lu dans le cadre du :
- Challenge de l'été

samedi 1 juillet 2017

L'enfant allemand

Résumé : 

La jeune Erica Falck a déjà une longue expérience du crime. Quant à Patrik Hedström, l'inspecteur qu'elle vient d'épouser, il a échappé de peu à la mort, et tous deux savent que le mal peut surgir n'importe où, qu'il se tapit peut-être en chacun de nous, et que la duplicité humaine, loin de représenter l'exception, constitue sans doute la règle. Tandis qu'elle entreprend des recherches sur cette mère qu'elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n'a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d'un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d'une croix gammée. Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, elle entre en contact avec un vieux professeur d'histoire à la retraite. L'homme a un comportement bizarre et se montre élusif. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné... Dans ce cinquième volet des aventures d'Erica Falck, Camilla Läckberg mêle avec une virtuosité plus grande que jamais l'histoire de son héroïne et celle d'une jeune Suédoise prise dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu'Erica fouille le passé de sa famille, le lecteur plonge avec délice dans un nouveau bain de noirceur nordique.

Mon avis :

Le quatrième tome se terminait par la découverte d'une médaille nazie dans les affaires de la mère d'Erica et c'est donc l'occasion pour la fille d’enquêter sur le passé de sa mère.

Ce cinquième tome m'a beaucoup plu car Erica est de nouveau sur le devant de la scène. Patrik, lui, est en congé paternité et s'occupe de leur fille.

On retombe dans le passé, au temps de la Seconde Guerre Mondiale et l'on en apprend davantage sur la famille d'Erica. En parallèle, l’enquête de police, vient se greffer à l'intrigue pour donner un excellent tome.

La plume de Camilla Lackberg me plaît toujours autant : elle réussie avec brio à proposer des romans policiers plein de suspense, instaure un rythme a la lecture (nous sommes bien loin des thrillers qui enchaînent les rebondissements) et surtout a crée des personnages tellement attachants. Bref, ce cinquième tome est encore une réussite et il me tarde de lire la suite.

vendredi 30 juin 2017

Objectif du mois (01/06/2017 - 31/05/2018)

J'avais participé a ce challenge l'année dernière. Malheureusement, je l'avais laissé de coté avant la fin. C'est l’occasion de retenter une nouvelle fois cette année.

Le principe pour ceux qui ne connaissent pas, est de remplir un objectif spécifique par mois.
Il y a cependant quelques règles à respecter afin que sa lecture soit validée :

Juin 2017 :
Lire un livre écrit par un auteur de la même nationalité que vous
- Un appartement à Paris / Guillaume Musso [ma critique]

Juillet 2017 :
Lire un livre sorti le mois de votre naissance (mais pas forcément la même année, il peut être sorti l'an dernier sans problème) (l'édition que l'on possède compte, on ne peut pas prendre n'importe laquelle)
Août 2017 :
Lire un livre adapté au cinéma
Septembre 2017 :
Lire un livre d'un auteur qu'on a déjà lu auparavant
Octobre 2017 :
Lire un tome d'une trilogie déjà terminée (c'est-à-dire que les 3 tomes sont déjà parus)
Novembre 2017 :
Lire un livre sorti il y a plus de 20 ans (première édition française)
Décembre 2017 :
Lire un livre avec du brillant sur la couverture (titre ou illustration)
Janvier 2018 :
Lire un livre lu par au moins un autre participant du challenge (si vous n'en avez aucun dans votre PAL, je vous en choisirai un au hasard)
Février 2018 :
Lire un livre qui fait entre 300 et 400 pages
Mars 2018 :
Lire le premier tome d'une série
Avril 2018 :
Lire un livre que l'on sait d'avance qu'on va bien aimer
Mai 2018 :
Lire un livre dont la couverture est essentiellement de votre couleur préférée

jeudi 29 juin 2017

Un appartement à Paris

Résumé :

Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante.
Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler.
À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.
Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

Mon avis :

Je remercie infiniment Carnetdelecture pour l'organisation de cette lecture commune qui m'a permis de sortir ce roman de ma PAL. 
Un appartement à Paris m'a d'abord déstabilisé car le style est bien différent  des autres romans que j'ai pu lire de l'auteur. Ce n'est pas un point négatif, bien au contraire, ce roman a été une agréable surprise !

Un duo : une femme dépressive et un écrivain alcoolique se retrouvent à Paris. Ils ont loués par accident la même maison : l'atelier ayant appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz, décédé peu de temps avant. Nos deux héros vont se mettre à enquêter et à déterrer les derniers secrets du peintre.

Si la première partie est un peu longue, l'auteur installe doucement ses personnages, je dois dire que le reste du roman se dévore. Et puis moi qui suis toujours déçue par les fins surnaturelles et parfois tiré par les cheveux de Guillaume Musso, je dois dire qu'ici, j'ai beaucoup aimé les derniers chapitres.

Bref, un appartement à Paris est une très bonne surprise, une chouette découverte que je vous recommande vivement.

Lu dans le cadre :
- Lecture commune
- Challenge Objectif du mois

mardi 20 juin 2017

Soeurs chocolat

Résumé :

Elles ne sont pas sœurs ... elles sont Sœurs. Leur petite communauté au cœur de la France subsiste - difficilement - grâce au délicieux chocolat qu'elles produisent. Mais si elles manquent le rendez-vous au fin fond de la Colombie, la part de fèves de cacao qui leur est réservée sera immédiatement attribuée à d'autres.
Quittant leurs habits monastiques et le recueillement du cloître, projetées en pleine forêt amazonienne, elles découvrent un pays magnifique où grouillent anacondas, piranhas, araignées venimeuses et, pire encore, bandits convoitant leur trésor de fèves.
Mais elles sont prêtes à tout pour sauver leur communauté. Prêtes à changer d'identité, à jouer du revolver, à chanter et à danser dans un cabaret peuplé de malfrats, perdu dans la cordillère des Andes. Parviendront-elles au rendez-vous ? Pourront-elles réintégrer la communauté ? Voudront-elles y revenir ?
Les obstacles sont nombreux. Les cœurs battent.
Tout peut arriver.

Mon avis :

Attention pépite (de chocolat) ! Bon d'accord, le jeu de mots était facile mais tout ça pour dire que Sœurs chocolat a été un vrai coup de cœur pour moi.

On fait la connaissance d'une communauté de religieuses qui viennent dans un couvent. Leur seule source de revenu c'est le chocolat. Et pour s'approvisionner, deux sœurs sont envoyées en Colombie. Mais si tout le voyage est bien organisé, elles ne vont pas être à cours de surprises et de péripéties.

C'est ma première rencontre avec la plume de Catherine Velle et j'ai beaucoup aimé son style. Le suspense est omniprésent et le lecteur n'a pas une minute de repos tant les rebondissements s'enchainent. J'ai beaucoup aimé en apprendre d'avantage sur nos deux héroïnes qui sont tellement attachantes. Je trouve dommage que ce roman ne soit pas plus connu car il vaut vraiment le détour et je vous le conseille vivement.

Lu dans le cadre du challenge :
- ABC 2017

Une intrigue de Daphné du Maurier, tome 2 : Péril à la maison Somner

Résumé :

La jeune Daphné Du Maurier et sa sœur Angela ont voyagé vers une île éloignée, au large des côtes de Cornwall, pour visiter le domaine de Lord et Lady Trevalyan. Avec son sentier enchanteur vers la mer, la Maison Somner captive Daphné. Mais juste au moment où des tempêtes hivernales menaçantes commencent à envelopper l’île, le seigneur des lieux est trouvé assassiné tandis qu’on retrouve Lady Trevalyan dans les bras de son amant. Même Daphné, avec son imagination d’écrivaine, n’aurait pu rêver de se trouver piégée dans les diaboliques machinations tramées entre les murs de la Maison Sommer — ou qu’un bel étranger l’inspirerait à sonder les profondeurs d’un autre mystère exceptionnel.

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver la plume de Joanna Challis et surtout notre jeune Daphné du Maurier en enquêtrice. J'avais dévoré le premier tome et je dois dire que je suis à nouveau conquise par celui-ci.

Daphné et sa sœur prennent la direction des îles Scilly pour y passer l'hiver chez Lord et Lady Trevalyan. D'autres invités sont également présents et tout annonce parfait jusqu'au moment ou un des habitants de la demeure est assassiné. Pour Daphné, c'est le moment de se plonger dans une nouvelle enquête.

Encore une fois le pari est réussi pour l'auteure. L'intrigue est prenante, le dépaysement total (j'irai bien faire un tour en Cornouailles) et puis surtout, toutes les petites allusions aux futurs écrits de Daphné du Maurier sont un plaisir. Bref, il me tarde de découvrir la suite.

Challenge de l'été 2017 - 21 juin au 21 septembre 2017






Je participe une nouvelle fois, cette année, au challenge de l'été organisé par Saefiel sur Livraddict :

Le règlement du challenge :

- Le challenge commence officiellement le 21 Juin et se termine le 21 septembre (jour de l’automne)
- Chacun fait une liste des livres qu'il veut lire cet été sans limite de nombre.
- On peut s'ajouter des défis personnels comme lire un titre en VO ou finir les séries en cours.
- Vous pouvez modifier votre liste à loisir durant la période du challenge, l'agrandir, la rétrécir. Tout est permis !
- Si possible partagez votre avancement dans le groupe Facebook ou ici-même.
- Le fait d'avoir un blog et/ou de poster des chroniques n'est pas obligatoire. Quiconque est intéressé peut participer.
- Les BD peuvent être comptabilisées dans vos listes.

Nouveautés :

Je vous propose cette année une liste de mini challenges au choix pour obtenir un trophée supplémentaire ! Ce n'est bien entendu pas obligatoire. Ils peuvent se superposer aux défis personnels et si vous en remplissez trois ou plus, vous gagnez un nouveau trophée (celui du Challenger des sables). Ces challenges ont pour but de nous motiver entre nous et d'aller encore plus loin dans l'échange grâce à une lecture commune géante de l'été !

- Lire un livre de plus de 1000 pages
- Lire une antiquité de la PAL (dans la PAL depuis un an ou plus)
- Lire un livre dans une langue étrangère
- Finir une série
- Faire une lecture commune avec un autre membre OU participer à la lecture commune géante sur Au fond de l'eau de Paula Hawkins.

Mes lectures :

(Je me suis préparée une liste d'une centaine de livres pour pouvoir piocher au gré de mes envies, mais bon je pense que malgré tout je lirai quelques autres livres à coté)

* dans ma liste initiale *
- Les Gouttes de Dieu, tome 01/ Tadashi Agi et Shu Okimoto [ma critique]
- Yin et le dragon, tome 1 : Créatures célestes / Richard Marazano et Yao Xu [ma critique]
- Les jeunes mariés / Nell Freudenberger [ma critique]
- La grand-mère de Jade / Frederique Deghelt [ma critique]
- L'île des oubliés / Victoria Hislop [ma critique]

* hors liste *
- La petite Roque / Maupassant [ma critique]
- Miss Peregrine et les enfants particuliers /
-
-
-
-

TOTAL : 7

mercredi 14 juin 2017

Harry Potter et l'enfant maudit


Résumé :

Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Mon avis :

Je remercie Jennadicct de Livraddict pour l’organisation de cette lecture commune qui m’a permis de sortir Harry Potter et l’enfant maudit de ma PAL, d’autant plus que j’ai eu un vrai coup de cœur pour cette pièce de théâtre.

Cette pièce est une suite habillement écrite de la saga de J.K. Rowling. On retrouve Harry, Ron, Hermione, Drago qui sont maintenant parents et à leur tour, ils emmènent leurs enfants sur la voie 9¾ pour Poudlard. Albus (le fils d’Harry) et Scorpius (le fils de Drago) vont se lier d’amitié et à leur tour vivre une sacrée aventure contre les forces du mal.

J’avais peur que le format pièce de théâtre ne fonctionne pas mais au final, je suis conquise. C’est un plaisir de retrouver les personnages qui nous ont manqué. J’ai été agréablement surprise par Drago, c’était un personnage qui me laisser indifférente dans la saga, mais ici, il m’a beaucoup plu. Ron m’a un peu agacé mais Hermione, Harry et Ginny sont fidèles à eux-même. Et petit plus, Rogue qui a toujours été mon personnage préféré, fait une petite apparition ! Mais, je ne vous en dit pas plus...

Il y a certains petits défauts et forcement, ce n’est pas la plume de J.K. Rowling mais j’ai beaucoup aimé ma lecture que j’ai dévoré en deux soirs.

mardi 13 juin 2017

Jeux de miroirs


Résumé : 

Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit intitulé Jeux de miroirs qui l'intrigue immédiatement. En effet, l'un des personnages n'est autre que le professeur Wieder, ponte de la psychologie cognitive, brutalement assassiné à la fi n des années quatre-vingt et dont le meurtre ne fut jamais élucidé. Se pourrait-il que ce roman contienne des révélations sur cette affaire qui avait tenu en haleine les États-Unis ? Persuadé d'avoir entre les mains un futur best-seller qui dévoilera enfin la clef de l'intrigue, l'agent tente d'en savoir plus. Mais l'auteur du manuscrit est décédé et le texte inachevé. Qu'à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d'investigation pour écrire la suite du livre. Mais, de souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d'un maelström de fausses pistes.

Mon avis :

Je n’avais lu que des bonnes choses à propos de Jeux de miroirs, j’étais donc pressée de découvrir ce roman venu de Roumanie. Mais malheureusement, je suis très partagée sur cette lecture.

J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, j’espère d’ailleurs que d’autres de ses romans seront vite traduits. J’ai trouvé la construction du roman très intéressante : les différents points de vue des personnages et narrateurs changent, et je dois dire que le titre est très bien choisi.

Par contre, si du départ, l’intrigue est palpitante, celle-ci retombe très vite comme un soufflé. Je me suis ennuyée, je m’attendais sans cesse au rebondissement qui allait à nouveau réveiller la flamme qui s’était éteinte et celui-ci n’est pas venu. Le rythme est lent, et le reste du début à la fin.

Malgré tout cela reste une bonne découverte même si je m’attendais à bien plus…..

Lu dans le cadre :
- challenge Tour du monde en huit ans

dimanche 11 juin 2017

L'amie prodigieuse, tome 1

Résumé :

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.
Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l'Italie du boom économique, L'amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu'au plus profond de leur âme.

Mon avis :

Un grand merci à June de Livraddict pour l'organisation de cette lecture commune. C’était l'occasion de sortir ce roman qui était dans ma PAL, depuis bien trop longtemps !
L'amie prodigieuse, cette saga, fait couler beaucoup d'encre : je n'en entend que des critiques élogieuses et puis surtout le mystère autour de l'identité de l'auteure. Tout ça, a fait que je n'ai pas hésité une seconde avant de me lancer.

Bilan pas de coup de cœur comme je m'y attendais mais un excellent moment de lecture. Elena est la narratrice et prend la plume pour nous raconter son amitié avec Lila. Dans ce tome, c'est son enfance qu'elle nous conte jusqu'au mariage de son amie. On plonge au cœur des années 50 et l'on est forcément happés par la plume de l'auteur.

J'aurai aimé davantage de descriptions des lieux, Naples et ses environs sont des endroits qui me font rêver et j'aurai aimé un peu plus de dépaysement. J'ai également trouvé que certains passages étaient un peu longs et le nombre de personnages que l'on croisent est assez importants donc il est parfois facile de s'y perdre. C'est la les deux seuls points négatifs que je ferais car pour le reste, le roman est excellent. Il me tarde d'ailleurs de découvrir la suite des aventures de nos deux héroïnes.

Lu dans le cadre de :
- Lecture commune
- Challenge ABC 2017

samedi 10 juin 2017

La Passe-Miroir, tome 3 : La Mémoire de Babel

Résumé :

Thorn a disparu depuis deux ans et demi et Ophélie désespère. Les indices trouvés dans le livre de Farouk et les informations livrées par Dieu mènent toutes à l'arche de Babel, dépositaire des archives mémorielles du monde. Ophélie décide de s'y rendre sous une fausse identité.

Mon avis :

Je tiens, dans un premier temps, remercier les éditions Gallimard Jeunesse - on lit plus fort, pour leur confiance et l'envoi de ce troisième tome des aventures d'Ophélie.
Et pour être honnête, je me suis plongée dans ce livre avec une certaine appréhension. J'avais, en effet, adoré le tout premier tome mais le second m'avait beaucoup déçu. De plus l'ayant lu, il y a un moment, je ne me souvenais plus de chaque détail de l'intrigue. Mais toutes mes craintes ont été très vite balayé et j'ai beaucoup aimé ce troisième roman digne du premier.

Ophélie part a la recherche de Thorn qui a disparu et s'exile sur l'arche de Babel. Rien que pour ça, le roman est fabuleux. L'auteur a imaginé une nouvelle fois, un univers a part et les descriptions sont grandioses. On découvre un autre société avec différents codes de conduite.

L'intrigue est, elle aussi, passionnante. Tout tourne autour d'un livre mais tous les gens qui s'en sont approché ont été victime d'un accident. Je ne peux pas vraiment en dire plus pour ne rien révéler et surtout parce que tout serait bien trop long a expliquer. Je ne peux que vous invitez a découvrir l'intrigue par vous même.

Le suspense est au rendez-vous. On espère avec Ophélie qu'elle va vite retrouver son mari sans se faire démasquer. Thorn, est lui, toujours aussi mystérieux et sombre. C'est vraiment un personnage intéressant.
Bref, je suis a nouveau conquise par cette saga.

vendredi 2 juin 2017

La carrière du mal

Résumé :

Lorsque Robin Ellacott reçoit ce jour-là un mystérieux colis, elle est loin de se douter de la vision d’horreur qui l’attend : la jambe tranchée d’une femme.
Son patron, le détective privé Cormoran Strike, est moins surpris qu’elle, mais tout aussi inquiet. Qui est l’expéditeur de ce paquet macabre ? Quatre noms viennent aussitôt à l’esprit de Strike, surgis de son propre passé. Quatre individus capables les uns comme les autres, il le sait, des plus violentes atrocités.
Les enquêteurs de la police en charge du dossier ne tardent pas à choisir leur suspect idéal – mais Strike, persuadé qu’ils font fausse route, décide de prendre lui-même les choses en main. Avec l’aide de Robin, il plonge dans le monde pervers et ténébreux des trois autres coupables potentiels. Mais le temps leur est compté, car de nouveaux crimes font bientôt surface, toujours plus terrifiants…

Mon avis:

Troisième tome des enquêtes du détective privé Cormoran Strike et de son assistante Robin Ellacott, la carrière du mal est une nouvelle fois une réussite. Comme les deux premiers tomes, c'est en version audio que j'ai découvert cette troisième enquête, lu par Lionel Bourguet, et j'ai été happé dès les premières minutes.Il faut dire, que mine de rien, nos deux protagonistes sont sacrement attachants.

Cette nouvelle enquête est pleine de suspense. Robin reçoit en effet, un morceau de cadavre, à l'agence. Très vite, Cormoran identifie trois suspects potentiels et se lance, avec Robin, dans une enquête passionnante. Je dois malgré tout confesser quelque chose : je me demande si je n'ai pas pris plus de plaisir a en découvrir plus sur Cormoran et Robin plutôt que pour l'enquête. En effet, j'ai beaucoup aimé que Robin se confesse à Cormoran, lui raconte son passé. J'ai aimé quelle soit d'avantage mis en avant, pour sa manière d'enquêter mais aussi ses problèmes de couples. Cormoran, lui, reste un ours attendrissant et maladroit.
J'espère vraiment qu'il y aura un prochain tome car nos héros me manquent déjà. 

mardi 30 mai 2017

Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre

Résumé :

Fidèle à la tradition latino-américaine, Luis Sepulveda écrit des nouvelles. Il en a choisi 27 pour ce recueil, autour du thème du rendez-vous manqué en amitié, avec soi-même, avec le temps qui passe ou en amour. Ces histoires racontent des situations marquées par ces brisures, ces glissements que les protagonistes n'ont pas su ou pu éviter.

Mon avis :

Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre était dans ma PAL depuis très longtemps et c'est à l'occasion d'un challenge que j'en ai profité pour l'en sortir. 

La littérature sud-américaine est toujours l'occasion d'un voyage et puis ceux qui me connaissent savent a quel point j'aime les nouvelles. 

Malgré tout, je reste sur ma faim car j'ai trouvé le recueil très inégal. Certaines nouvelles sont excellentes, touchantes, pleine de suspense et surtout avec une chute ou un retournement de situation totalement inattendue comme je les aime. D'autres par contre m'ont laissé complétement indifférentes, comme si on avait affaire à un autre auteur. 

Je suis quand même bien contente d'avoir retrouvé Luis Sepúlveda, que je n'avais pas lu depuis un petit bout de temps.

Lu dans le cadre du challenge : 
- Challenge Bookineurs en couleurs #3.4 - NOIR

dimanche 28 mai 2017

Détective Conan, tome 12

Résumé :

Une énigme difficile qui fait appel à la connaissance des syllabaires japonais (hiragana et katakana). Conan retrouve la trace des hommes en noir. Hattori revient chercher Shinichi.

Mon avis :

J'ai trouvé ce tome 12 est excellent. On y découvre trois enquêtes rondement menées.

Tout d'abord, le professeur emmène Conan et ses amis faire une chasse au trésor dans une vieille bâtisse. Ce qui devait être un simple jeu, se révèle très vite une vraie enquête pour Conan. Cette enquête est pleine de suspense et m'a tenu en haleine du début a la fin.

Dans l’enquête suivante, c'est le retour des hommes en noir. Conan, Ran et son père se rendent à une soirée pour la sortir d'un jeu vidéo et Conan va essayer d'en savoir plus sur ces hommes qui sont a ses trousses.

Enfin, l’enquête suivante reprend les ficelles des précédentes : un huis-clos dans une maison. C'est ici à l'occasion d'un week-end organisé pour les fans de Sherlock Holmes.

C'est un des tomes que j'ai préféré. Si le 11 était un peu en dessous, celui-ci se révèle être à la hauteur. Vivement la suite.

Détective Conan, tome 11

Résumé : 

Face à Conan, se présente un rival de taille: Heiji Hattori, fils du commissaire principal de police de la ville d’Osaka. Garçon rempli d’orgueil et un brin prétentieux, il vient défier Shinichi dans ses enquêtes et doute sérieusement des capacités de Kogoro à les résoudre lui-même. A l’école Conan retrouve sa bande de copains... Mais avoir des camarades de jeu qui aiment jouer les détectives, ce n’est apparemment pas de tout repos...

Mon avis :

Encore un tome qui m'a beaucoup plu. Tout d'abord, il s'ouvre sur la résolution de l'enquête commencée dans le manga précédent et Conan fait encore une fois preuve de brio.

Ensuite, un meurtre a été commis lors d'une émission de télévision en direct. Cette fois l’enquête se fait à l'envers, Conan est persuadé que le présentateur est coupable, mais il faut maintenant qu'il le prouve.

Puis dans une troisième enquête, Conan va suivre Ran qui a un rendez-vous. Il est jaloux et s'incruste donc dans le café avec elle. Ran s'absente le temps d'aller faire une course et un meurtre est commis. Conan va devoir enquêter sans le père de Ran mais un autre personnage va faire son apparition pour lui prêter main forte.

Enfin, on prend la direction d'un temple bouddhiste pour y découvrir la vie des moines. La encore un meurtre est commis. J'ai beaucoup aimé le dépaysement mais je dirais que le résonnement et l’exécution du meurtre est un peu tiré par les cheveux....

jeudi 18 mai 2017

Détective Conan, tome 10

Résumé : 

Au cours d’une affaire, Shinichi est provoqué par un certain Hattori, détective lycéen tout comme lui, mais professant dans la région du Kansai. A la surprise générale, le vrai Shinichi réapparaît alors pour relever ce défi. Depuis, ce miracle qui permit à Conan de redevenir ce qu’il était, ne se reproduit malheureusement plus. En vacances aux sports d’hiver, Kogora, Ran et Conan sont à nouveaux confrontés à un meurtre mystérieux: le professeur Oyama a été assassiné dans son luxueux chalet. Grâce à un message laissé par la victime avant de mourir, Conan semble avoir découvert l’identité du coupable !

Mon avis : 

Ce dixième tome s'ouvre sur la fin de l’enquête menée lors du précédent tome et la révélation du meurtrier. Je trouve toujours un peu dommage que les enquêtes soient coupées car quand il se passe un peu de temps entre la lecture de deux tomes, il faut faire marcher ses méninges pour se souvenir de l'intrigue..... 

Vient ensuite une enquête ou un camarade de Shinichi va faire son apparition en temps que détective. Par miracle et avec une dose d'alcool, Conan va reprendre son allure d'ado et refaire pour la première fois son apparition. Ça apporte un peu de piment a l'intrigue qui tourne autour d'un meurtre dans une pièce close.

On assiste ensuite à une enquête qui m'a le plus plu. Conan et ses camarades vont enquêter dans une bibliothèque de nuit et vont découvrir bien des choses terrifiantes. Cette intrigue m'a accroché et je dois dire que j'ai eu quelques frissons et un peu la frousse. Le suspense et l'ambiance bien particulière apporte beaucoup à la réussite de cette enquête.

Enfin, on prend la direction de la montagne, pour une enquête qui ressemble à de nombreuses enquêtes précédentes  : un meurtre est commis dans un chalet clos et tous les invités présents sont potentiellement coupables. Heureusement Conan a plu d'un tour dans son sac mais pour connaître le coupable, il faudra attendre le tome suivant.

mercredi 17 mai 2017

Décompression

Résumé : 

Au mois de novembre sur l'île de Lanzarote : un séjour de plongée sous-marine se transforme en un jeu perfide de désir et de haine. L'instructeur, l'indolent Sven, est attiré dans un piège qui lui en apprendra autant sur lui-même que sur les autres. Aucun des protagonistes n'est celui qu'on imagine. Et la vengeance est un plat qui peut parfaitement se consommer sous l'eau.

Mon avis :

Décompression est un roman noir, à l'ambiance bien particulière. C'est un espèce de huis-clos entre trois personnages sur l'île de Lanzarote. Sven est un allemand, expatrié sur l'île espagnole. Il est instructeur de plongée et reçoit deux clients bien particuliers : une actrice et son compagnon écrivain. C'est alors un jeu étrange qui se développe entre eux. 

Les personnages ne sont absolument pas attachants et l'île de Lanzarote peu décrite, donc aucun dépaysement malheureusement. Ce qui est intéressant c'est la construction du roman : on alterne avec un chapitre ou Sven est le narrateur et un chapitre extrait du journal intime de notre actrice. L'alternance est une bonne idée même si par moment, le roman traîne en longueur ou certains évènements se répètent.

Je pense être passée a coté de ce roman qui a pourtant de bonnes critiques. C’était la première fois que je découvrais Juli Zeh. Je retenterai un autre de ses romans pour me faire une idée mais pour le moment je ne suis pas convaincue.

Lu dans le cadre :
- Challenge ABC 2017

dimanche 14 mai 2017

On n'empêche pas un petit coeur d'aimer

Résumé :

On n'empêche pas un petit cœur d'aimer. Surtout un petit cœur sec. Jaloux. Tordu. Malheureux. Il faut l'admettre, l'amour n'est pas l'apanage des gens aimants. D'ailleurs l'auteur avait pensé intituler son recueil de nouvelles : Infect. Nous le sommes tous plus ou moins quand nous aimons ?

Mon avis : 

A l'amour ! Claire Castillon a décidé ici ce choisir ce thème pour son recueil de nouvelles. Mais attention, l'amour n'est pas un long fleuve tranquille, non, ici, elle choisit de nous en montrer tous les mauvais coté. 
C'est caustique, parfois cru, souvent dérangeant mais au final, ça donne un bon recueil. Je ne dirais pas que j'ai aimé toutes les nouvelles, il y a en qui sortent vraiment du lot mais je dirais qu'il n'y a pas de grosses inégalités dans la qualité des nouvelles. 

J'avais lu le recueil Les messieurs, il y a peu de temps, et je dois dire que le ton et la plume m'avait surprise, j'avais eu beaucoup de mal avec l'humour bien particulier de l'auteure. Ici, je savais a quoi m'attendre et je dois dire que j'ai nettement mieux apprécié.

samedi 13 mai 2017

L'oiseau de mauvais augure

Résumé :

L'inspecteur Patrik Hedström est sur les dents. Il voudrait participer davantage aux préparatifs de son mariage avec Erica Falck, mais il n'a pas une minute à lui. La ville de Tanumshede s'apprête en effet à accueillir une émission de téléréalité et ses participants avides de célébrité, aussi tout le commissariat est mobilisé pour éviter les débordements de ces jeunes incontrôlables. Hanna Kruse, la nouvelle recrue, ne sera pas de trop. D'autant qu'une femme vient d'être retrouvée morte au volant de sa voiture, avec une alcoolémie hors du commun. La scène du carnage rappelle à Patrik un accident similaire intervenu des années auparavant. Tragique redite d'un fait divers banal ou macabre mise en scène ? Un sombre pressentiment s'empare d' l'inspecteur. Très vite, alors que tout le pays a les yeux braqués sur la petite ville, la situation s'emballe. L'émission de téléréalité dérape. Les cadavres se multiplient. Un sinistre schéma émerge...

Mon avis :

Quatrième enquête de  Patrik Hedström et de sa femme Erica Falck, L'oiseau de mauvais augure nous replonge en Suède où la ville de Tanumshede s'apprête à accueillir une émission de téléréalité. Je dois dire que je ne regarde pas ce genre d'émission et que les passages où il était question des candidats m'ont moyennement plu. Heureusement, il y a une autre enquête en parallèle, celle d'une femme retrouvé ivre morte au volant de sa voiture qui m'a plus emballée.

Nos héros sont aussi en plein préparatifs de mariage :
"Patrick contempla pensivement sa future femme. Il trouvait qu'elle affichait des tendances inquiétantes. Les boutiques de tenues de mariage faisaient peut être cet effet là aux femmes. Pour sa part, il avait qu'une seule envie, en sortir au plus vite. Avec résignation, il avait compris qu'il n'y avait qu'un seul moyen de s'en tirer. Il se força à sourire."
Mais surtout, j'ai pris plaisir a retrouver la sœur d'Erika que l'on avait quitté en mauvaise posture à la fin du tome précédent. Je suis d'ailleurs heureuse qu'elle retrouve un peu de bonheur et d'amour.

L'enquête était plutôt réussie même si ce n'est pas la meilleure mais comme toujours Camilla Lackberg termine son roman de manière sublime. Je suis impatiente maintenant de découvrir la suite qui laisse présager à nouveau un excellent tome. J'espère d'ailleurs qu'Erika sera plus présente en tant d'enquêtrice plutôt qu'en tant que Femme et maman, car je l'a trouve excellente dans ce rôle.

Lu dans le cadre du challenge :
- Bookineurs en couleurs #3.4 - NOIR 

Pétronille

Résumé : 

« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »

Mon avis :

Retrouver Amélie Nothomb est toujours un plaisir et je dois dire que je me suis encore une fois régalée avec Pétronille. 

Amélie aime l'ivresse et surtout le champagne, mais boire seule ne lui convient pas. 
"L'ivresse ne s'improvise pas. Elle relève de l'art, qui exige don et souci. Boire au hasard ne mène nulle part."
C'est alors qu'elle rencontre Pétronille et que cette dernière devient sa compagne de boisson. 
"Le garçon avait apporté des cacahuètes, ce qui dénotait un curieux sens des valeurs. Autant lire Tourgueniev en écoutant « la danse des canards ». Pétronille n'y toucha pas à mon soulagement.
J'ai tendance à boire vite, même quand c'est excellent. Ce n'est pas la pire manière de faire honneur. Le champagne ne m'a jamais reproché mon enthousiasme, qui ne correspond absolument pas à un manque d'attention de ma part. Si je bois vite c'est aussi pour ne pas laisser réchauffer l'élixir
."

Comme d'habitude, la plume de l'auteure est belle, pleine de beaux mots et d'expression qui font que l'on  pourrait reconnaître son style parmi tant d'autres. L'intrigue m'a plu car il faut dire que Pétronille est un personnage haut en couleur. La fin, par contre, manque un peu d'originalité, car il me semble que ce n'est pas le premier de ses romans qui se terminent ainsi....

Les liaisons culinaires

Résumé : 


Nana a deux amants : Dimitris et Damoclès. Elle est aussi friande de bons petits plats que gourmande des délices de l'amour, et les deux hommes rivalisent de talent dans l'un et l'autre domaines pour gagner sa préférence.
En dix-sept menus et autant de rendez-vous galants, Andréas Staïkos campe une intrigue théâtrale, drôle et savoureuse, qui invite à considérer la gastronomie comme un art et un plaisir sensuel en soi, mais aussi comme le préambule ou la métaphore d'autres voluptés. Dans son livre de recettes pétillant d'esprit et d'originalité, qui fait la part belle aux spécialités grecques tout en plongeant ses personnages dans un piquant marivaudage assaisonné des raffinements du XVIIIe siècle, les plats sont cuisinés avec amour, parlent d'amour et invitent à l'amour.

Mon avis : 

Un voyage en Grèce, ça vous dit ? A travers une centaine de pages, c'est la gastronomie Grecque que l'on découvre dans les pages d'Andras Staïkos.  

On suit trois personnages : Nana, une jeune femme mariée qui a deux amants Dimitris et Damoclès. C'est deux là, vont rivaliser a coup de bons petits plats pour conquérir Nana dont ils sont fous amoureux. Mais ils ne sont pas au bout de leur surprise car Nana a plus d'un tour dans son sac.

C'est très bien écrit, on salive a chaque page, d'autant que le livre s'accompagne de chaque recette de cuisine et surtout c'est très drôle. Le livre est en effet bourré d'humour et l'on rit du début a la fin.

Lu dans le cadre du challenge :
- Dans toutes les langues

mardi 9 mai 2017

L'apprentie geisha

Résumé : 

O-Tsuru ("la grue"), appelée ainsi parce que petite elle avait l'habitude de se tenir sur un pied pour réchauffer l'autre, a été vendue par ses parents pour qu'elle devienne une geisha.
Elle va donc commencer comme shikomikka ("apprentie") dans une okiya : la maison où vivent les geishas. En faisant les commissions de ses aînées, Tsuru va découvrir la vie de ses femmes.
Enfin, un jour, son tour arrive. Elle se rend dans la chambre de son bienfaiteur. Celui qui, en payant les frais de cérémonie, va la faire entrer dans le monde des geishas. Tsuru va alors prendre le nom de Tsurugiku et devenir une geisha célèbre dans le monde des plaisirs.

Mon avis :

L'apprentie geisha a été une découverte totale. Tout d'abord, je n'en avais jamais entendu parler, ni lu aucune critique et je dois dire qu'il m'a fait de l’œil sur l’étagère d’Emmaüs ou j'ai décidé de lui donné une seconde vie. J'ai vraiment été conquise.

Pour avoir lu plusieurs romans, notamment Geisha d'Arthur Golden, j'ai peu appris sur ce milieu bien particulier. Malgré tout, c'est toujours plaisant de se plonger dans ce Japon d'avant-guerre.

Notre héroïne est attachante, et l'on se régale à suivre ses aventures et son parcours. Les dessins sont très beaux et apportent beaucoup au manga. Le manga est poétique, sans tabou concernant les geisha mais aussi tout en subtilité et jamais vulgaire. C'est une belle découverte que je ne peux que conseiller.

lundi 8 mai 2017

Journal d'un vampire en pyjama

Résumé :

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. »

Mon avis : 

Un grand merci à Bookwormette pour avoir organisé cette lecture commune sur Livraddict car ça m'a permis de sortir ce livre de ma PAL. Autant vous le dire de suite : je l'ai dévoré d'une traite, sans pouvoir aller me coucher avant d'attendre la dernière page!

J'ai retrouvé avec plaisir la plume de Mathias Malzieu, une écriture que j'aime autant dans les livres que dans ses chansons. J'ai été un peu perturbé lors des premières pages, car on retrouve un Mathias Malzieu, très affaibli par la maladie. Pour l'avoir vu, sur scène, il y a quelques années, avec son groupe Dionysos, c’était tout le contraire que je retenais de lui. Mais très vite, on est happé et l'on suit l'avancée de Mathias et son combat contre la maladie. Il arrive avec brio à en parler sans jamais tomber dans le voyeurisme, sans trop se dévoiler. 

J'ai été impressionné par le parallèle que l'auteur arrive à faire avec ses précédents écrits et personnages. Ça m'a d'ailleurs donné envie de très vite lire certains de ses romans que je n'ai pas encore découvert. Mais surtout c'est un très bel hommage à tous les gens qui l'on soutenu (Rosy, sa compagne, son père, sa sœur) mais aussi tout le personnel soignant.

Lu dans le cadre :
- Lecture commune
- Bookineurs en couleurs #3.4 - NOIR


samedi 6 mai 2017

Le crime : Histoire d'amour

Résumé :


Avant ils étaient heureux, une famille heureuse, et puis ils l’avaient appris et leur vie était devenue un enfer. Ils ont tout caché, surtout pour leur fille, mais se sont engagés à lui parler le jour de ses dix-huit ans. Tous les trois ils ont attendu ce jour et craint son arrivée. La mère veut, contre vents et marées, tenir sa promesse. Le père doute que la vérité les libère du cauchemar qu’est leur vie. La fille se révolte, essaie de survivre, de les tenir à l’écart, elle les hait autant qu’elle les aime. Elle vit loin d’eux, entourée d’amis bien intentionnés, qui l’aiment, eux. Le Crime est l’histoire inquiétante d’une journée fatale, dont le souvenir obsède longtemps le lecteur, épouvanté et désolé de ce grand gâchis que peut être toute vie. Arni Thorarinsson prouve, une fois encore, son immense talent.


Mon avis : 

La littérature scandinave est plein de belles surprises est Le crime, histoire d'amour en est une nouvelle fois la preuve ! On plonge dans un court roman noir, un récit à trois voix où cohabite, le père, la mère et la fille. Mais attention, ici, il ne s'agit pas d'une famille unie mais au contraire, nous avons affaire à une famille qui à complètement éclatée suite à la révélation d'un secret que seuls les parents détiennent. Leur fille fête ses 18 ans et ils lui ont fait la promesse de lui révéler ce jour-là. "Avant ils étaient heureux, une famille heureuse, et puis ils l’avaient appris et leur vie était devenue un enfer. Ils ont tout caché, surtout pour leur fille, mais se sont engagés à lui parler le jour de ses dix-huit ans. Tous les trois ils ont attendu ce jour et craint son arrivée."

Le mystère plane pendant les trois quart du livre, et pour le lecteur c'est très dur de ne pas savoir. Qu'est-ce qui a pu éclater cette famille qui avait pourtant tout pour être heureuse ? Honnêtement, je m'attendais à tout sauf ça !

L'écriture de l'auteur est vraiment très belle et pour une première lecture d'un roman d'Arni Thorarinsson, je suis conquise. Il y a de magnifiques passages notamment celui-ci :
"Tu te demandes peut-être pourquoi la litterature m'a tellement passionnée. Et si tu imagines que les romans ont été pour moi une échappatoire, une manière de fuir la réalité et sa plénitude, alors tu vises on ne peut plus juste. Les clichés recèlent toujours une part de vérité. "

Lu dans le cadre des challenges :
- ABC thriller / policier
- Challenge Bookineurs en couleurs #3.4 - NOIR

vendredi 5 mai 2017

Mr Mercedes

Résumé :

Midwest 2009. Un salon de l'emploi. Dans l'aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d'un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s'est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l'ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris. 

Mon avis :

Je dois vous faire un aveu : je n'avais encore jamais lu un seul livre de Stephen King ! Oui je sais, mais bon comme on dit souvent : mieux vaut tard que jamais, n'est-ce pas ? J'ai donc débuté avec Mr Mercedes, pas totalement au hasard, puisque je me suis inscrite a une lecture commune, sur Livraddict, organisée par Leeloo lit tout. C’était l'occasion rêver pour sortir le roman de ma PAL et puis pour débuter avec l'auteur.

Je ne vous cache pas que le début a été laborieux : j'ai eu énormément de mal à rentrer dans l'histoire et ceci pour deux raisons. Tout d'abord, le livre est assez lent au départ, l'auteur installe son intrigue, ses personnages. Mais surtout, c'est le style qui me déplaisait et j'avoue que je suis, même encore maintenant, assez sceptique sur le langage cru, parfois vulgaire de l'auteur. 

Une fois, passé, c'est deux freins, l'intrigue est quand à elle très prenante. J'ai pris plaisir à enquêter au coté de Bill Hodges, vieil ours retraité, ancien flic qui reprend du service pour enquêter sur Mr Mercedes, un homme qui, quelques années auparavant a volé une Mercedes et foncé dans une foule, tuant un paquet d'innocents. J'ai moins aimé les passages concernant ce fameux Mr Mercedes, qui est un personnage complètement cinglé.

Bref, je suis totalement conquise par l'intrigue, un petit peu moins par la plume de l'auteur mais ce roman m'a donné envie d'en découvrir davantage sur Stephen King, d'autant que d'autres de ses romans m'attendent bien sagement.

Lu dans le cadre :
- Lecture commune
- ABC thriller / policier

La photo qui tue

Résumé :

Un appareil photo d'occasion bien embarrassant, une antique baignoire en fonte d'où s'écoule du sang, un bus de nuit sans passager, un ordinateur démodé qui affiche des messages inquiétants, un souvenir rapporté de vacances...
Neuf histoires à glacer le sang, où la réalité la plus anodine glisse inexorablement vers le cauchemar.

Mon avis :

Je ne savais pas à quoi m'attendre avec ce recueil de nouvelles pour adolescents et je dois dire que j'ai beaucoup apprécié ma lecture. 

Le livre débute avec la nouvelle La photo qui tue, qui donne son nom au recueil. C'est l'histoire d'un jeune garçon qui dégote dans une brocante un appareil photo d'occasion pour son père. Seulement, des que l'on prend une photo d'une personne celle-ci meurt. Cette nouvelle est vraiment bien construite et surtout la chute est fabuleuse et inattendue.
Vient ensuite Bain de Nuit, ou l'on fait la connaissance d'une jeune fille dont les parents chinent sans cesse des objets anciens pour leur maison. Jusqu'au jour, ou, ils ramènent une très vieille baignoire. Prendre des bains va très vite tourner au cauchemar pour notre jeune adolescente. Encore une fois j'ai aimé la chute.
Transport éclair, nous conte l'histoire d'un jeune garçon qui hérite de l'ordinateur d'un journaliste hippique décédé il y a peu. Cet ordinateur va s'avérer très étrange.
Le bus de nuit est certainement ma nouvelle préférée. Il s'agit de l'histoire de deux ados qui reviennent de soirée et n'ont pas de transports pour rentrer chez eux. Ils voient un bus de nuit et décident de monter dedans. Mais attention, il s'agit d'un bus bien particulier.
L'horrible rêve de Harriet, est l'histoire d'un cauchemar qu'une jeune fille est en train de faire. C'est une nouvelle qui fait froid dans le dos.
Peur, est sans doute la nouvelle qui m'a le moins plu. J'ai trouvé le personnage principal détestable et j'ai eu un peu de mal a saisir la fin....
Jeux vidéo est une nouvelle sans grande surprise car a la lecture du titre et des premières lignes, j'ai réussi à deviner ce qui allait se passer dans la suite de l'histoire. Un jeune homme postule pour une nouveau job est se retrouve dans un sacré pétrin.
L'homme au visage jaune, est une nouvelle vraiment touchante, d'un jeune garçon qui décide de se prendre en photo dans le photomaton d'une gare avec de prendre le train avec son oncle et sa tante. On découvre ensuite que le destin peut-être bien cruel et qu'il suffit de pas grand chose pour que tout bascule.
Enfin L'oreille de singe vient clôturer ce recueil avec humour. On découvre un couple de "bof" (désolée du terme mais je n'en trouve aucun autre pour les qualifier) en vacances à Marrakech avec leur fils. Lors d'une visite dans le souk, ils achètent l'oreille d'un singe qui est capable d'exercer quatre vœux. Seulement rien ne se passe vraiment comme prévu.

C'est encore un bon moment de lecture pour un roman d'Anthony Horowitz que j'avais découvert avec La Maison de soie.  

Lu dans le cadre du challenge :
- Bookineurs en couleurs #3.4 - NOIR

jeudi 4 mai 2017

Tess d'Urberville

Résumé : 

Jeune paysanne innocente placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d'Urberville, un de ses jeunes maîtres. L'enfant qu'elle met au monde meurt en naissant.
Dans la puritaine société anglaise de la fin du XIXe siècle, c'est là une faute irrémissible, que la jeune fille aura le tort de ne pas vouloir dissimuler. Dès lors, son destin est une descente aux enfers de la honte et de la déchéance.

Mon avis : 

Je remercie tout d'abord Stellade d'avoir organisé, une lecture commune sur Livraddict, ce qui m'a permit de sortir ce roman de ma PAL. Une nouvelle fois, ça a été  un plaisir de retrouver Thomas Hardy.

Comme dans Loin de la foule déchaînée, ce roman tourne autour d'un personnage féminin. Tess est une jeune femme de caractère au destin peu banal. En effet, des les premières pages, on pressent que l'auteur ne va pas épargner son héroïne et c'est une vraie tragédie qui se déroule sous nos yeux. Tess va enchaîner les malheurs, malchances et problèmes.
La fin m'a choqué, je m'attendais a tout sauf a ça et je dois dire que c'est une sacré chute.

La plume de Thomas Hardy est toujours aussi agréable. Pour un classique, ça se lit très facilement et surtout l'auteur truffé son texte d'humour so British !

C'est une très belle découverte et je ne tarderai pas a lire un autre roman de l'auteur qui pour l'instant ne m'a jamais déçu.

Lu dans le cadre :
- Lecture commune sur livraddict
- Challenge so classic


Challenge Bookineurs en couleurs #3.4 - NOIR



Je me lance dans un nouveau challenge sur Livraddict : Bookineurs en couleurs, organisé par Luna.
Pour cette session, le but est de lire le plus possible de livres dont la couverture est noire du 1er mai au 02 juillet 2017.

Je me suis préparée une petite liste et mon but et bien évidemment de vider un max ma monstrueuse PAL.

MES LECTURES :

- La photo qui tue / Anthony Horowitz [ma critique]
- Journal d'un vampire en pyjama / Mathias Malzieu [ma critique]
-

Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre / Luis Sepúlveda [ma critique]
- L'enfant allemand / Camilla Lackberg [ma critique]

samedi 29 avril 2017

La petite fille au kimono rouge

Résumé : 


Un jour, Myeko quitte son pays, le Japon, pour venir vivre aux États-Unis avec ses parents. C'est une nouvelle vie qui commence pour la petite fille, mais comme son pays lui manque ! Et puis, c'est difficile de se faire des amis dans cette nouvelle école américaine... Myeko ne se doute pas qu'un joli cerf-volant fait parfois naître l'amitié..

Mon avis : 

J'avais très souvent entendu de bonnes critiques sur ce petit roman jeunesse et j’étais curieuse de le découvrir. Je l'ai dégoté sur une étagère poussiéreuse chez Emmaüs et je me suis jetée dessus. Je ressors, malgré tout, plutôt partager quand à ce roman.

On fait la connaissance de Myeko, une petite fille japonaise qui vient de s'installer aux États-Unis, avec sa famille. On l'a suit durant toute une année scolaire pendant son intégration qui n'est pas toujours facile. La petite fille est partagé entre deux pays, cultures et traditions totalement différents.

J'ai trouvé que le roman avait pris un petit coup de vieux. Le style, l'écriture mais aussi l'intrigue. Malgré tout l'histoire est plutôt mignonne et se lit bien.

L'île aux mensonges

Résumé : 


Faith Sunderly, 14 ans, est la fille d'un révérend et éminent naturaliste. Accusé d'avoir trompé la communauté scientifique, il part s'exiler avec sa famille sur une île au large des côtes anglaises. Mais les rumeurs l'accablent et bientôt il est retrouvé mort. Suicide déshonorant comme le fait croire la respectable société victorienne ? Ou assassinat, comme en est persuadée sa fille ? Avec son insatiable curiosité, Faith mène seule son enquête, qui l'entraine de révélations en secrets précieusement dissimulés. Elle est prête à défier toutes les convenances sociales pour faire surgir la vérité. Mais cette vérité pourrait se révéler dangereuse...

Mon avis : 

Avant de débuter cette critique, je souhaite remercier les éditions Gallimard - On lit plus fort pour leur confiance et l'envoi de ce roman avant sa publication. Dès la lecture de la quatrième de couverture, j'ai été conquise par l'intrigue.

On plonge dans l'Angleterre victorienne ou Faith et sa famille sont contraint de s'exiler sur une île inhospitalière. C'est la jeune fille qui nous raconte son histoire et l'on découvre très vite que bien qu'une enfant, c'est une jeune fille très mature qui sait se débrouiller. Elle glane par-ci par-la des éléments et comprend que sa famille cache bien des secrets. 
«"Oh, mais c'est impossible, se dit Faith. Je ne dois pas céder à cette chose !"
Faith l'appelait toujours en elle-même "cette chose". En lui donnant un autre nom, elle aurait craint de lui conférer une emprise encore plus forte. Elle avait conscience qu'il s'agissait d'une véritable manie, à laquelle elle décidait sans cesse de renoncer - sans jamais y parvenir. Cette chose était aux antipodes de la Faith que le monde connaissait. Faith, l'enfant sage, un vrai roc. Tellement terne, fiable et digne de confiance.
Le plus difficile, c'était de résister aux occasions inattendues. Une enveloppe laissée sans surveillance, d'où dépassait la lettre immaculée, tentatrice. Une porte non fermée à clé. Une conversation oublieuse des éventuelles oreilles indiscrètes.
Faith avait comme une faim en elle, alors que les filles ne devaient pas avoir faim. Elles étaient censées grignoter avec modération lors des repas, et leur esprit aussi était censé se contenter d'un régime frugal. Quelques mornes leçons données par des institutrices fatiguées, quelques promenades ennuyeuses, des distractions d'écervelées. Mais pour Faith, cela ne suffisait pas. Le savoir - n'importe quel savoir - l'attirait irrésistiblement. Et elle trouvait un plaisir aussi délicieux qu'empoisonné à le dérober à l'insu de tous.
»

Et puis, le père de Faith meurt, tout le monde pense au suicide mais Faith, en est convaincu, l'homme a été assassiné. Elle va donc mener l'enquête pour découvrir le ou les meurtriers.
J'ai beaucoup apprécié le mélange des genres : il s'agit d'un thriller ou l'ambiance est sombre avec une petite pointe de fantastique. Il plaira, sans aucun doute, aux ados comme a leur parents.

Faith est un personnage attachant, qui évolue dans une société pleine de contradictions et qui évolue a vitesse grand V : 
«Faith était la fille d'un naturaliste et savait ce que le médecin voulait dire. Le monde avait bel et bien changé. Son passé avait changé - et tout le reste avec lui. Autrefois, tout le monde connaissait l'histoire de la Terre : elle avait était créée en une semaine, et l'homme avait été chargé de la gouverner. Et l'histoire du monde ne pouvait évidement pas remonter à plus de quelques millénaires...
Puis des scientifiques avaient découvert combien de temps il fallait à la roche pour se plier comme une pâte feuilletée. Ils avaient trouvé des fossiles, et d’étranges crânes d'hommes difformes, au front fuyant. Après quoi, alors que Faith avait cinq ans, un livre sur l’évolution appelé De l'origine des espèces avait paru et ébranlé le monde, qui avait été secoué comme un bateau touchant le fond.
Et le passé inconnu avait commencé à s’étendre. Des dizaines de milliers, des centaines de milliers voir des millions d'années...
Et plus les temps obscurs s’étendaient, plus la glorieuse humanité rétrécissait. L'homme n'avait pas été présent dès le début, et la création ne lui avait pas été offerte. Non, il n'était qu'un tard-venu, dont les ancêtres s’étaient péniblement arrachés à la boue pour se traîner sur la terre.
La bible ne mentait pas. Tout scientifique honnête et pieux le savait. Mais les roches, les fossiles et les ossements ne mentaient pas non plus, et on avait de plus en plus l'impression qu'il ne racontaient pas la même histoire

C'est un excellent roman, plein de suspense qui mérite amplement le prix Costa qu'il a reçu en 2015. Je ne peux que vous le recommander d'autant qu'il devrait sortir dans les jours a venir.